Une Photographe qui Documente les Sans-Abri Découvre son Propre Père Parmi Eux

Photographie sans abri par Diana Kim

La photographe et étudiante en droit basée à Honolulu Diana Kim, peut retracer son amour de la photographie jusqu'à son père, qui possédait autrefois un studio de photographie sur O'ahu. Jusqu'à il y a quelques années, cependant, le duo père et fille n'avait pas grand-chose d'autre en commun, à l'exception d'une relation difficile marquée par la déception, la douleur et l'absence. Une rencontre fortuite les réunit à nouveau, déclenchant un voyage extraordinairement émouvant d'amour et de pardon face à la maladie mentale, à l'itinérance et aux difficultés de la vie.

Photographie sans abri par Diana Kim “Certains des premiers souvenirs que j'ai de mon père sont de lui me donnant des bonbons Ring Pop chaque fois que ma mère et moi lui rendions visite”, a déclaré Kim, 30 ans, à NBC News. “J'avais une envie insatiable de bonbons et il me donnait des oursons en gélatine et des Ring Pops lorsque ma mère avait le dos tourné.”

Ce souvenir date d'il y a plus de 25 ans, lorsque leur famille était encore intacte. Par la suite, cependant, les parents de Kim se sont séparés et son père est parti quand elle avait 5 ans. Elle a eu une enfance difficile, rebondissant d'un endroit à l'autre à la recherche d'un logement permanent. Elle a passé ses plus jeunes années à vivre chez des membres de sa famille, chez des amis ou dans des parcs et des voitures. Malgré ces premières difficultés, Kim s’est construit une vie heureuse; elle a sa propre famille avec son mari et ses deux fils et a poursuivi sa passion pour la photographie et la défense des droits de l'Homme.

Photographie sans abri par Diana Kim En 2003, en tant qu'étudiante, Kim a commencé à photographier des sans-abri dans la rue pour un projet personnel qui mènerait éventuellement à The Homeless Paradise, une initiative dédiée à humaniser les sans-abri en partageant leurs histoires. La photographe a déclaré à NextShark : “J'ai commencé à photographier la communauté des sans-abri au cours de ma première année d'université. Je me suis tourné vers les sans-abri parce que, à certains égards, je m'identifiais à leur lutte. Je savais ce que cela signifiait de ne pas avoir la stabilité et la liberté économique que je voulais. Dans l'ensemble, j'ai compris leur lutte parce que j'ai lutté de la même manière.”

Bien que le projet de Kim ait façonné une grande partie de sa vie et de sa décision d'aller à la faculté de droit, le plus grand impact est survenu en 2012. Tout en documentant les sans-abri dans les rues de Honolulu, Kim est tombée sur son propre père. L'homme dont elle se souvenait l'avoir abandonnée alors qu'elle était enfant était désormais sans abri, non lavé, vêtu de haillons et extrêmement maigre. Pire encore, il ne l'a même pas reconnue.

Photographie sans abri par Diana Kim “Je l'ai trouvé debout au coin d'une intersection à regarder l'asphalte. Ses cheveux étaient emmêlés et sa tête roulait en petits cercles. Je me suis rapprochée de lui, ressentant un sentiment d'incertitude, et j'ai finalement trouvé le courage de l'appeler. Il ne m'a pas entendue. Il ne pouvait pas m'entendre. Je me suis lentement approchée et j'ai rassemblé tout mon courage pour lui taper sur l'épaule. Toujours rien. Il n'a pas levé les yeux. Il ne s'est pas retourné . À présent, il y avait quelques piétons qui avaient remarqué mes efforts, et je pouvais sentir leurs regards brûler dans mon dos et mon visage. Je pouvais sentir leur curiosité traverser l'espace entre mon père et moi. Le vaste vide entre nous était brisé par une femme qui s'est approchée de moi et m'a dit : “Ne vous embêtez pas, il est là depuis des jours.”

“Une partie de moi voulait crier sur cette femme, et sur le monde entier, quelle insensibilité. Je voulais crier qu'il était mon père, qu'elle était une personne sans cœur pour ne pas s'en soucier. Mais j'ai réalisé que rien de tout cela n’aiderait. Alors au lieu de lui crier dessus, je lui ai fait face et lui ai dit : “Je dois essayer.””

Photographie sans abri par Diana Kim Pendant les deux années suivantes, Kim est retournée dans la rue où elle avait trouvé son père. Parfois, il était là, parfois non. Affligé par une schizophrénie sévère, il était souvent insensible ou se disputait intensément avec l'espace vide devant lui. Il refusait de se faire soigner, de prendre des médicaments, de manger, de se laver ou de porter l'un des nouveaux vêtements que Kim lui avait apportés. Assise à côté de lui au coin de la rue ou le regardant depuis sa voiture pendant l'une de ses sautes de colère, Kim se demandait s'il irait mieux.

Malgré le fait que la situation semblait désespérée, Kim a refusé d'arrêter de l'aider. Elle s’est remémorée l'une des dernières “vraies conversations” qu'elle avait eues avec son père il y a quelques années, au cours de laquelle il avait dit : “Diana, je suis tellement désolé de ne pas être dans ta vie. Je suis tellement heureux que tu aies une famille maintenant. Fais mieux que moi, pour eux. Ne t'inquiète pas pour moi ou pour ce que tout le monde dit de moi. Si tu veux me rendre fier et heureux, sois là pour ta famille comme ta mère et moi ne l’avons jamais été. Arrête d'essayer de sauver tout le monde… ne t'inquiète que pour toi et ta famille. Et n'oublie pas pourquoi je t'ai appelé Diana, tu es la lumière dans les ténèbres.” À ce moment-là, se souvient Kim, ses mots l’ont touchée et elle lui a tout pardonné. Elle aimait son père et elle ne l'abandonnerait jamais.

Père de Diana Kim à l'hôpitalEn octobre 2014, Kim a reçu un appel de sa cousine. Son père avait subi une crise cardiaque. Il a été retrouvé face contre terre sur le trottoir, mais quelqu'un a appelé la police et il a été transporté d'urgence aux soins intensifs de l'hôpital. Kim a déclaré : “Je ne peux même pas commencer à décrire les sentiments de gratitude pour la personne qui a pris le temps de l'aider. Ma plus grande peur a toujours été qu'il meure dans la rue, et personne ne saurait qui il était.”

En entrant dans la chambre d'hôpital, Kim a vu son père allongé sur le lit. Elle et son mari se sont tenus à ses côtés, puis, “Au moment où nous allions partir, les yeux de mon père se sont ouverts et il a appelé mon nom”, a-t-elle écrit sur son blog. “Nous avons eu une bonne conversation et je suis repartie me sentant plus légère ce jour-là.”

Les mois suivants ont été difficiles, car le père de Kim a connu des hauts et des bas pendant son séjour à l'hôpital. Malgré ses problèmes de santé, il y avait une lueur d'espoir. Sa crise cardiaque l'a amené à finalement accepter de recevoir de l'aide grâce à un plan de traitement, et jour après jour, il a commencé à reprendre le contrôle de sa vie.

Père de Diana KimEn décembre, Kim a reçu un appel téléphonique d'un numéro inconnu. C'était son père qui lui demandait si elle était libre pour prendre un café ce matin-là. Elle a immédiatement accepté et s'est précipitée pour le voir. Ils se sont rencontrés dans la rue où il avait autrefois possédé un studio de photographie des décennies plus tôt – la même rue où il avait dormi derrière une pile de cartons ces deux dernières années.

“Alors que je me garais dans le parking, j'ai vu la silhouette de mon père et mon cœur s'est presque arrêté. Il avait l'air en meilleure forme que ce à quoi je m'attendais, et si différent de la dernière image que j'avais de lui à l'hôpital”, a déclaré Kim. “C'était si bon de le voir en si bonne santé, et se tenir à nouveau si droit. Nous avons dû nous étreindre pendant quelques minutes.” Ils ont prié dans un temple bouddhiste, ont regardé de vieilles photos que le père de Kim avait gardées avec lui pendant toutes ces années et se sont finalement ouverts l'un à l'autre dans une longue et sincère conversation.

“J'ai l'impression de rencontrer mon père pour la première fois aujourd'hui”, a écrit Kim plus tard dans la journée sur son blog. “Notre rencontre était vraiment un miracle.”

Diana Kim et son père“Au début, le fait que je ne puisse pas ‘réparer’ mon père m'a déchirée”, a déclaré Kim dans un reportage photo publié dans le Honolulu Magazine. “Et parce que notre temps ensemble dans la rue était plus que ce que j'avais jamais passé avec lui quand j'étais enfant, j'ai eu du mal à réconcilier mes sentiments face à l'absence de mon père dans ma vie, tout en continuant à me soucier profondément de lui et d'autres personnes sans-abris. J'ai appris à naviguer à travers mes sentiments de désespoir et je suis devenue plus vocal dans ma communauté au sujet de l'état de mon père et de ce que c'est que de voir un être cher lutter contre la maladie mentale.”

Père de Diana Kim Aujourd'hui, Kim est heureuse d'annoncer que son père va bien. “Il est vraiment fier d'avoir surmonté une adversité aussi incroyable … Il a des objectifs, il a de l'espoir et il a la volonté de réussir”, a-t-elle déclaré à NBC News. Il passe du temps avec des amis, cherche activement un emploi et prévoit de rendre visite bientôt sa famille en Corée du Sud.

Diana Kim et son père“Chaque jour est un cadeau. Certains jours sont plus difficiles que d'autres, mais voir mon père en chair et en os est un rappel constant de la force de l'esprit humain et de la valeur de la vie”, a déclaré Kim, qui prend sa relation avec son père un pas après l'autre. “Je n'ai jamais eu de relation avec mon père en grandissant, et il a fait beaucoup de choses qui m'ont blessé, mais j'ai choisi de lui pardonner pour que nous puissions aller de l'avant.”

Père de Diana Kim“La photographie ne consiste pas seulement à créer des images – c'est ma fenêtre pour découvrir le monde et partager des relations avec les gens et les choses qui m'attirent. Regarder à travers l'objectif et capturer ce moment capture également mes sentiments à ce moment-là. Je pense que, sans la caméra, je me serais sentie trop nue et vulnérable pour approcher mon père. Je ne pense pas que j'aurais pu faire le même voyage sans le but de documenter aussi son voyage. Mon objectif, bien avant que mon père ne devienne sans-abri, était d'humaniser ceux qui vivaient dans la rue. Ils ont chacun une histoire, et j'espère qu'en partageant ma propre histoire, cela contribue à donner une nouvelle perspective.”

Diana Kim et son père“Tant que nous vivons dans ce monde, chaque jour est l'occasion de saisir cette ‘seconde chance’. Il n'y a pas d'échec à moins que vous n'abandonniez, et il n'a jamais abandonné. Et je ne l'ai pas abandonné.”

Diana Kim : Site Web
The Homeless Paradise : Site Web | Kickstarter | Facebook
via [NextShark, Reddit]

Articles Similaires :

Une Femme Saute de Joie Après Avoir Réussi un Entretien d’Embauche

Un employé d’aéroport photographie des voyageurs au look atypique

Leyla Hattabi

Leyla Hattabi est rédactrice/contributrice à My Modern Met. Elle est titulaire d'une licence en histoire de l'Université de Southampton. Leyla a travaillé dans des musées indépendants de Londres, avec une spécialisation en histoire de la publicité et de la musique. Quand elle n’écrit pas, elle aime faire de la musique, se perdre dans un livre et profiter de la vie animée à Londres.
Devenez membre de
My Modern Met
En tant que membre, vous vous joindrez à notre effort pour soutenir les arts.
Devenir Membre
Découvrez les avantages de l'abonnement

Contenu sponsorisé