L’histoire De Kathrine Switzer : La Légende Qui A Couru Le Marathon De Boston Alors Qu’il Était Réservé Aux Hommes

Il y a un peu plus de 50 ans, Kathrine Switzer a fait preuve d’audace en soumettant son formulaire pour participer au marathon de Boston. Ses initiales indiquaient K.V. Switzer (une pratique courante lors de la signature de son nom), ce qui lui permettait de rester ambiguë sur son identité jusqu’au jour de la course. Au cours des 70 dernières années, le Marathon de Boston avait été un événement exclusivement masculin et sa présence ne passerait pas inaperçue. À une époque où les athlètes féminines étaient confrontées à de multiples restrictions et railleries, Switzer a sprinté vers l’occasion. Bien qu’elle ne serait pas la première femme à courir la course (l’année précédente, Roberta Gibb avait secrètement participé — non enregistrée — cachée sous un sweat à capuche), elle était déterminée à provoquer par sa présence.

Il y avait une idée largement répandue selon laquelle les femmes sportives étaient peu attrayantes; ou comme Switzer raconte, “L’idée de courir sur de longues distances a toujours été considérée comme très douteuse pour les femmes, parce qu’une activité ardue signifiait que vous auriez des jambes trop épaisses, que vous alliez laisser pousser votre moustache et que votre utérus allait tomber.” Afin de contrer cette idée absurde, elle a intentionnellement porté des boucles d’oreilles et du rouge à lèvres pour la course.

Avant la course, l’entraîneur de Switzer, Arnie Briggs, avait déclaré que le marathon était trop difficile pour une “femme fragile” et qu’elle devait lui prouver qu’elle serait prête à relever le défi. Ce qu'elle a fait. Switzer a accompagné Briggs et son petit ami de l’époque, Tom Miller, à la compétition. A son arrivée, on lui a donné le dossard numéro 261. Alors que d’autres participants à la course étaient enthousiasmés et impressionnés par la présence de Switzer, le directeur de course, Jock Semple, ne l’était pas. C'est un Semple enragé qui a poursuivi Switzer et l’a empêchée de continuer. Dans ses mémoires, Switzer décrit les événements inoubliables qui ont suivi : “Instinctivement, j'ai tourné la tête et j’ai regardé droit dans les yeux du visage le plus vicieux que j’ai jamais vu. Un grand homme, un homme énorme, qui montrait les dents, était prêt à bondir, et avant que je puisse réagir, il a attrapé mon épaule et m’a projetée en arrière, criant, ‘Sortez de ma p***** de course, et donnez-moi ce dossard !'”

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Kathrine Switzer (@kathrineswitzer) on

Les médias de l’époque ont photographié l’épreuve et sa conclusion. Semple s'est mis à frapper l’entraîneur de Switzer Arnie Briggs au sol, mais a dû faire face à un adversaire de taille en affrontant le petit ami de Switzer, Miller, un ex-joueur de football et lanceur de marteau. L’interférence de Semple s'est rapidement terminée. Après l’épreuve, elle s'est heurtée à un mur émotionnel et physique, mais elle a heureusement commencé à considérer ce qui était en jeu. “Je savais que si j'abandonnais, personne ne croirait que les femmes avaient la capacité de courir”, raconte-t-elle. “Si j'abandonnais, tout le monde dirait que c’était un coup de publicité. Si j'abandonnais, les sports féminins reculeraient, loin en arrière, au lieu d’avancer. Si j'abandonnais, je ne dirigerais jamais Boston. Si j'abandonnais, Jock Semple et tous ceux comme lui gagneraient. Ma peur et mon humiliation se sont transformées en colère.”

Switzer a terminé la course en 4 heures et 20 minutes. Elle a ensuite remporté le Marathon de New York de 1974 et a été nommée coureuse de la décennie par le Runner’s World Magazine. Elle a été intronisée au Temple national de la renommée féminine en 2011. En 2017, Switzer a couru le marathon de Boston à nouveau à l’âge de 70 ans. Elle portait le même numéro de course 261 et a terminé à seulement dix minutes de sa première tentative en 1967. La persévérance et la conduite de Switzer ont ouvert la voie aux futures générations de coureuses, et continuent d’offrir inspiration et espoir.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Kathrine Switzer (@kathrineswitzer) on

Kathrine Virginia Switzer : Site Web | Facebook | Instagram
Remerciements : [LA Times]

Toutes les images via Kathrine Switzer.

Articles Similaires :

Malala Yousafzai S’exprime Sur L’avenir Des Femmes En Afghanistan

Le Louvre Entre Dans l’Histoire en Nommant Une Femme au Poste de Présidente

Wally Funk, 82 ans, Se Joindra à Jeff Bezos Pour le Lancement de la Fusée New Shephard

Alexia Allard

Alexia Allard est rédactrice collaboratrice pour My Modern Met et traductrice à Londres. On peut souvent la trouver en train de restaurer des meubles anciens, flâner dans les brocantes, ou visiter les monuments historiques anglais.
Devenez membre de
My Modern Met
En tant que membre, vous vous joindrez à notre effort pour soutenir les arts.
Devenir Membre
Découvrez les avantages de l'abonnement

Contenu sponsorisé

[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]