La Propriété De La Plus Ancienne Forêt Pluviale Du Monde Revient À Ses Habitants Autochtones

La propriété de la plus ancienne forêt pluviale de Daintree au monde est retournée à ses habitants autochtones

Photo : STEPHENBRIDGER/DepositPhotos

Comme pour les États-Unis, l’Australie était autrefois une colonie britannique. Les colons européens ont déplacé et brutalisé les populations autochtones, s’emparant de vastes et belles étendues de l’île. Même si le simple fait de rendre la terre à ses habitants autochtones ne peut pas réparer tous les torts de la colonisation, il s’agit d’une étape importante préconisée par les peuples autochtones du monde entier. Dans une large mesure, le gouvernement australien a restitué 160039 hectares de terres, y compris l’ancienne forêt pluviale de Daintree, aux peuples autochtones qui vivent dans la région depuis des siècles.

La parcelle de terre est retournée à l’est de Kuku Yalanji, un peuple autochtone ayant des racines anciennes dans la région. La terre contient la forêt tropicale de Daintree, qui aurait 180 millions d’années. Les parcs nationaux Ngalba Bulal, Kalkajaka et Hope Islands sont également inclus. Sur la côte de la région se trouve la Grande Barrière de corail. Dans la forêt se trouvent d’innombrables espèces précieuses et en voie de disparition que l’on ne trouve nulle part ailleurs sur Terre. La région a été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO des tropiques humides de Queensland en 1988, pressée de prévenir l’exploitation forestière illégale. Toutefois, la désignation ne reconnaissait pas en grande partie le rôle des collectivités autochtones qui vivent dans la région et qui agissent comme gardiens traditionnels des terres.

Une cérémonie officielle le 29 septembre 2021 a marqué le changement dans l’intendance des terres. Les terres seront cogérées par le gouvernement provincial du Queensland et l’Eastern Kuku Yalanji. Finalement, le plan est de transférer la région au contrôle exclusif de l’Est de Kuku Yalanji. “Cette cession de terres reconnaît leur droit de posséder et de gérer leur pays”, a déclaré Meaghan Scanlon, ministre de l’Environnement et de la Grande Barrière de corail.

Chrissy Grant, membre du comité de négociation de Kuku Yalanji, a déclaré : “Notre objectif est d’établir une fondation pour offrir à des personnes de confiance et compétentes des voies et des possibilités de mentorat, de formation, d’apprentissage, d’expérience de travail et d’emploi pour le peuple Kuku Yalanji Bama de l’Est, afin de combler des postes dans un large éventail de métiers spécialisés, comme la gestion de la terre et de la mer, l’accueil, le tourisme et la recherche pour que nous soyons maîtres de notre propre destin.” Les peuples autochtones sont depuis longtemps les gardiens de certaines des régions les plus diversifiées sur le plan biologique, mais leur rôle doit être reconnu comme essentiel.

Comme l’a indiqué l’ONU, la crise climatique menace ces terres de façon inéquitable. Bon nombre d’entre eux constatent de plus en plus les liens que les peuples autochtones entretiennent depuis longtemps entre l’intendance et la conservation. Récemment, The Atlantic a présenté un article de couverture sur les raisons morales et environnementales du retour des parcs nationaux américains aux tribus autochtones. Pour en savoir plus sur la conversation entourant les appels à redonner des terres aux peuples autochtones, consultez cet article de CNN et de Landback.org.

La forêt pluviale de Daintree est redevenue la propriété de ses habitants autochtones.

La propriété de la plus ancienne forêt pluviale de Daintree au monde est retournée à ses habitants autochtones

Photo : JOVANNIG/DepositPhotos

Remerciements : [IFL Science, CNN]

Articles Similaires :

L’Existence Des Anciens Béringiens Révélée Par Un ADN Vieux de 11,500 Ans.

La Statue De Christophe Colomb À Mexico Sera Remplacée Par Un Monument Aux Femmes Autochtones

Le Monument De L’émancipation Et De La Liberté Dévoilé En Remplacement Officiel De La Statue Du Général Sudiste Robert E. Lee

Madeleine Muzdakis

Madeleine Muzdakis is a Contributing Writer at My Modern Met and a historian of early modern Britain & the Atlantic world. She holds a BA in History and Mathematics from Brown University and an MA in European & Russian Studies from Yale University. Madeleine has worked in archives and museums for years with a particular focus on photography and arts education. When she isn’t writing, she enjoys hiking, film photography, and reading while cuddling with her cat Georgia.
Devenez membre de
My Modern Met
En tant que membre, vous vous joindrez à notre effort pour soutenir les arts.
Devenir Membre
Découvrez les avantages de l'abonnement

Contenu sponsorisé