Une Image “Emblématique” de la Pandémie COVID-19 Remporte le Prix World Press Photo de l’Année

Femme brésilienne étreignant son infirmière pendant la pandémie de COVID-19

“The First Embrace” © Mads Nissen (Danemark). Politiken/Panos Pictures. World Press Photo of the Year.
“Rosa Luzia Lunardi (85 ans) enlace l'infirmière Adriana Silva da Costa Souza, au foyer de soins Viva Bem, à São Paulo, Brésil, le 5 août. C'était la première étreinte que Rosa avait reçue en cinq mois. En Mars, les foyers de soins du pays avaient fermé leurs portes à tous les visiteurs en raison de la pandémie de COVID-19, empêchant des millions de Brésiliens de rendre visite à leurs parents âgés. Les soignants ont reçu l'ordre de garder le contact physique avec les personnes vulnérables au strict minimum. À Viva Bem, une simple invention, “Le rideau des câlins”, a permis aux gens de s'enlacer une fois de plus.”

Pour les amateurs de photojournalisme, l'attente est terminée. Le concours annuel de photos World Press vient de publier les lauréats du concours pour l’année 2021. En tant que prix le plus prestigieux au monde pour le photojournalisme international, le concours attire les photographes aux clichés les plus frappants. Le photojournaliste danois Mads Nissen a reçu le premier prix. Sa photo émouvante d'une étreinte sous mesures COVID-19 au Brésil a remporté la World Press Photo de l'année. Le photographe italien Antonio Faccilongo a remporté le prix World Photo Reportage de l’année pour son travail sur le conflit israélo-palestinien et les conséquences néfastes qu'il a sur la vie de la population.

La photo par Nissen montre une femme de 85 ans au Brésil enlaçant une infirmière, sa première étreinte en cinq mois utilisant ce qu'on appelle un “rideau câlin”. “Cette image emblématique du COVID-19 commémore le moment le plus extraordinaire de notre vie, partout”, a déclaré Kevin WY Lee, photographe, directeur créatif et membre du jury 2021. “J'y ai vu la vulnérabilité, des êtres chers, la perte et la séparation, mais, surtout, la survie – le tout en une seule image. Si vous regardez l'image assez longtemps, vous verrez des ailes: un symbole de fuite et d'espoir.”

Les lauréats ont été sélectionnés sur une grande variété de catégories, des actualités ponctuelles aux sports en passant par la nature, pour un seul cliché ou un reportage photo. Les images gagnantes racontent l’histoire de l’humanité l'année passée, des masques omniprésents apparaissant dans de nombreuses images. L'explosion du port de Beyrouth et les incendies de forêt au Brésil ne sont que quelques-uns des grands événements représentés dans les clichés gagnants. Mais au-delà de ces actualités, les photojournalistes en ont couvert d'autres qui méritent d'être mis en lumière pour un public plus large. La lutte pour les droits des transgenres en Russie, la crise alimentaire au Yémen et le conflit entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie sont quelques-uns des sujets qui ont été soulignés à juste titre.

Dans un domaine malheureusement dominé par les hommes, seulement deux femmes photojournalistes ont reçu un prix prestigieux pour leur travail. Ami Vitale a remporté la première place dans la catégorie Nature pour son image unique d'une girafe en voie de disparition transportée en lieu sûr. Ces girafes de Rothschild dans l'ouest du Kenya ont dû être déplacées en raison des inondations qui les ont piégées sur une île. La photojournaliste américaine Evelyn Hockstein a remporté le prix Actualité pour son image saissisante d'un homme et d'une femme engagés dans un conflit à propos de la suppression du Mémorial de l'émancipation à Washington, D.C.

Avec autant d’images disponibles au public à tout moment, le concours World Press Photo est un moyen de nous rappeler que le rôle des photojournalistes professionnels est essentiel. Non seulement pour la qualité de leurs photos, mais aussi pour leur courage et leurs grands efforts dans le but de partager des événements d’actualité avec le monde.

Faites défiler pour découvrir plus de lauréats du concours 2021 World Press Photo.

Femme et fils au Yémen pêchant

“Yemen: Hunger, Another War Wound” © Pablo Tosco (Argentine). Problèmes contemporains, Premier prix, Singles.
“Fatima a neuf enfants. Pour subvenir à leurs besoins, elle vit de la pêche. Bien que son village ait été dévasté par le conflit armé au Yémen, Fatima est revenue pour gagner sa vie en achetant un bateau avec l'argent qu'elle gagnait en vendant du poisson. Le conflit – entre les rebelles musulmans chiites houthis et une coalition arabe sunnite dirigée par l'Arabie saoudite – date de 2014 et a conduit à ce que l'UNICEF a appelé la plus grande crise humanitaire au monde.”

Homme escalade des bûches pour s'entraîner pour le Bloc

“Log Pile Bouldering” © Adam Pretty (Australie). Getty Images. Sport, Premier Prix, Singles.
“Le bloc consiste à grimper sur de petites formations rocheuses et des rochers ne dépassant généralement pas six mètres de hauteur, sans cordes ni harnais. Historiquement, il a commencé comme une activité d'entraînement pour des activités d'escalade et d'alpinisme plus ambitieuses, mais il est devenu un sport à part entière. Les salles d'escalade et les installations sportives de Munich ont été fermées à la suite de la pandémie actuelle du COVID-19, de sorte que les athlètes sont devenus créatifs dans leurs méthodes d'entraînement.”

Homme transgenre en Russie avec sa petite amie

“The Transition: Ignat” © Oleg Ponomarev (Russie). Portraits, Premier Prix, Singles.
“Ignat, un homme transgenre, est assis avec sa petite amie Maria à Saint-Pétersbourg, en Russie, le 23 avril 2020. Ignat a été victime d'intimidation tout au long de ses années d'école, et confronté par le psychologue de l'école à la suite de rumeurs selon lesquelles il parlait de lui-même en utilisant le genre masculin. Ignat s'est ouvert au psychologue au sujet de son identité de genre – le premier étranger à qui il avait tout dit – mais a demandé à garder le secret. Toute l'école l'a découvert, et les insultes et les humiliations sont devenues permanentes. De nombreuses personnes LGBTQ + en Russie font profil bas en raison de la stigmatisation contre la sexualité non traditionnelle.”

Homme et femme en désaccord sur la suppression du mémorial de l'émancipation à Washington, DC

“Emancipation Memorial Debate” © Evelyn Hockstein (États-Unis), The Washington Post. Faits Divers, Premier Prix, Singles.
“Un homme et une femme sont en désaccord sur la suppression du mémorial de l'émancipation, à Lincoln Park, Washington DC, États-Unis, le 25 juin 2020. Le mémorial de l'émancipation montre Lincoln tenant la proclamation d'émancipation dans une main, avec son autre main sur la tête d'un Homme noir en pagne, agenouillé à ses pieds.”

Lion de mer nageant vers un masque COVID

“California Sea Lion Plays with Mask” © Ralph Pace (États-Unis). Environnement, Premier Prix, Singles.
“Un lion de mer curieux de Californie nage vers un masque sur le site de plongée Breakwater à Monterey, Californie, USA, le 19 novembre.”

Femme palestinienne

“Habibi” © Antonio Faccilongo (Italie). Getty Reportage. Projets à long terme, Premier Prix.
“Près de 4 200 Palestiniens détenus pour raison de sécurité sont détenus dans les prisons israéliennes, selon un rapport de février 2021 de l'organisation de défense des droits humains B'Tselem. Certains risquent des peines de 20 ans ou plus. Pour visiter un prisonnier palestinien dans une prison israélienne, les visiteurs doivent surmonter un nombre de limites différentes résultant des lois sur les frontières, des règlements pénitentiaires et des restrictions fixées par l'Agence de sécurité israélienne (ISA). Les visiteurs ne sont généralement autorisés à voir les prisonniers qu'à travers une cloison transparente et à leur parler via un récepteur téléphonique. Lydia Rimawi est allongée sur son canapé à Beit Rima, près de Ramallah, en Palestine, le 20 décembre 2018. Son mari Abdul Karim Rimawi a été arrêté en 2001 et condamné à 25 ans de prison pour avoir participé à l'assassinat du ministre israélien du tourisme Rehavam Ze'evi. Le couple a un fils, Majd, né des suites d'une FIV en 2013. En 2014, Abdul Karim a été condamné à une amende d'environ 1 500 dollars pour avoir fait passer son sperme de prison et privé de visites familiales pendant deux mois.”

Pigeon sauvage effrayant une fille

“Pandemic Pigeons—A Love Story” © Jasper Doest (Pays-Bas). Nature, Premier Prix, Reportage.
“La fille du photographe Merel se recroqueville après que Dollie passe et se perche sur le balcon, avant d'entrer dans la maison, à Vlaardingen, aux Pays-Bas, le 6 avril 2020. Une paire de pigeons sauvages se sont liés d'amitié avec la famille du photographe, qui était isolée dans leur appartement à Vlaardingen, aux Pays-Bas, pendant la pandémie COVID-19. Ollie et Dollie, comme la famille les a nommés, étaient des habitués de la maison, leurs visites quotidiennes rappellent que les humains ne sont pas seuls sur cette planète, même lorsqu'ils vivent isolés dans les zones urbaines.”

Homme posant avec ses armes à feu

“The ‘Ameriguns’” © Gabriele Galimberti (Italie). National Geographic. Portraits, Premier Prix, Reportage.
“Selon le Small Arms Survey – un projet de recherche mondial indépendant basé à Genève, en Suisse – la moitié de toutes les armes à feu appartenant à des particuliers dans le monde, à des fins non militaires, se trouvent aux États-Unis. Torrell Jasper (35 ans) pose avec ses armes à feu dans l'arrière-cour de sa maison à Schriever, en Louisiane, aux États-Unis, le 14 avril 2019. Ancien marine des États-Unis, son père lui a appris à tirer dans son enfance.”

Des pompiers brésiliens combattent les incendies de forêt de 2020

“Pantanal Ablaze” © Lalo de Almeida (Brésil). Panos Pictures for Folha de São Paulo. Environnement, Premier Prix, Reportage.
“Près d'un tiers de la région du Pantanal brésilien – la plus grande zone humide tropicale du monde et prairies inondées, s'étendant sur environ 140 000 à 160 000 kilomètres carrés – a été consumé par des incendies au cours de l’année 2020. Les pompiers combattent un incendie dans la ferme de São Francisco de Perigara, qui abrite l'une des plus grandes populations d'aras hyacinthe (Anodorhynchus hyacinthinus) au Brésil, le 14 août 2020. Environ 92 pour cent de la superficie de la ferme, principalement consacrée à la préservation, a été détruite par les flammes.”

Des jumeaux tournent un film à Sakha, en Russie

“Sakhawood” © Alexey Vasilyev (Russie). Problèmes contemporains, Premier prix, Reportage.
“Les habitants de Sakha, une république située à l'extrême nord-est de la Fédération de Russie, vivent dans une région reculée aux conditions météorologiques extrêmes: les températures peuvent descendre jusqu'à -50 ° C en hiver. Bien que Sakha, également connue sous le nom de Yakoutie, s'étend sur plus de trois millions de kilomètres carrés et compte à peine 950 000 habitants, dont environ 50% sont de l'ethnie Sakha (ou Yakoutes). L'art est devenu un moyen de mettre en valeur et de préserver la culture, les traditions et les histoires Sakha. Le cinéma s'y est épanoui depuis les années 1990. Environ sept à dix longs métrages sont tournés par an, par une industrie cinématographique locale surnommée “Sakhawood”.”

Photo du conflit entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie

“Paradise Lost” © Valery Melnikov (Russie). Sputnik. Actualité, Premier Prix, Reportage.
“Le conflit entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie au sujet de la région contestée du Haut-Karabakh a repris en septembre, après une accalmie de 30 ans. Azat Gevorkyan et son épouse Anaik sont photographiés avant de quitter leur domicile le 28 novembre 2020 à Lachin, Haut-Karabakh, le dernier district à être rendu sous contrôle azerbaïdjanais après la deuxième guerre du Haut-Karabakh.”

Joueur de basket-ball du secondaire sautant à travers les casiers

“Those Who Stay Will Be Champions” © Chris Donovan (Canada). Sport, Premier Prix, Reportage.
“La star de l'équipe Flint Jaguars, Taevion Rushing, saute d'un casier à l'autre dans le vestiaire de l'équipe avant le dernier match de saison régulière de sa carrière de basket-ball au lycée, le 24 février 2020. Il a l'intention de continuer à jouer au basket à l’université. L'équipe de basket-ball Flint Jaguars à Flint, Michigan, États-Unis, incarne les efforts visant à entretenir la stabilité, à encourager le soutien mutuel et à renforcer l'esprit communautaire dans une ville qui lutte pour survivre. Flint, berceau de General Motors, lutte contre l'exode causé par un déclin précipité de son industrie automobile, une crise sanitaire provoquée par le changement de source d'approvisionnement en eau par les autorités sans garanties adéquates, et la négligence systémique des quartiers très pauvres, principalement noirs.”

Une femme transportée en lieu sûr pendant l'explosion du port de Beyrouth

“Port Explosion in Beirut” © Lorenzo Tugnoli (Italie). Contrasto. Faits Divers, Premier Prix, Reportage.
“Le 4 août, vers 18 heures, une explosion massive, provoquée par plus de 2 750 tonnes de nitrate d'ammonium à haute densité, a secoué la capitale libanaise Beyrouth. Le composé explosif était stocké dans un entrepôt du port. Environ 100 000 personnes vivaient à moins d'un kilomètre de l'explosion, qui mesurait 3,3 sur l'échelle de Richter, a endommagé ou détruit environ 6 000 bâtiments, tué au moins 190 personnes, blessé 6 000 autres et déplacé jusqu'à 300 000.”

La girafe de Rothschild transportée au Kenya

“Rescue of Giraffes from Flooding Island” © Ami Vitale (États-Unis). CNN. Nature, Premier Prix, Singles.
“Une girafe de Rothschild (Giraffa camelopardalis rothschildi) est transportée en sécurité dans une barge construite sur mesure depuis une île inondée de Longicharo, sur le lac Baringo, dans l'ouest du Kenya, le 3 décembre 2020. Les girafes de Rothschild sont une sous-espèce de la girafe du nord, et sont classées comme en voie de disparition. La girafe est le plus grand mammifère terrestre du monde et la girafe de Rothschild est l'une des sous-espèces les plus hautes, atteignant six mètres de hauteur.”

World Press Photo: Site Web | Facebook | Instagram

My Modern Met a obtenu la permission de partager les photos par la World Press Photo Foundation.

Articles Similaires:

Interview: Ce Photographe Animalier Sensibilise à la Conservation des Lions avec ses Portraits Puissants

Cet Homme a Passé 6 Mois à Photographier les Peuples Autochtones de Sibérie

Une Photo Parfaitement Synchronisée Encadre une Eclipse Solaire Autour d’un Homme et son Chameau dans le Désert

Jacob Riis: Le Photographe qui documentait “Comment Vit L’Autre Moitié” dans le New-York des années 90.

Leyla Hattabi

Leyla Hattabi est rédactrice/contributrice à My Modern Met. Elle est titulaire d'une licence en histoire de l'Université de Southampton. Leyla a travaillé dans des musées indépendants de Londres, avec une spécialisation en histoire de la publicité et de la musique. Quand elle n’écrit pas, elle aime faire de la musique, se perdre dans un livre et profiter de la vie animée à Londres.
Devenez membre de
My Modern Met
En tant que membre, vous vous joindrez à notre effort pour soutenir les arts.

Contenu sponsorisé

[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]
[class^="wpforms-"]