Ces Statues En Bronze Ont D’énormes Têtes Gonflées Par Le « Poids De La Pensée »

Sculpture Not Enough Brains to Survive

“Not Enough Brains to Survive”

L’artiste belge Thomas Lerooy est connu pour sa capacité à utiliser des motifs classiques pour jouer avec les concepts modernes. Sa série de quatre sculptures en bronze, créées en 2009 pour son exposition Braindance, est un excellent exemple de la façon dont son travail touche à des thèmes universels. Les sculptures, avec leurs têtes surdimensionnées et leurs petits torses, provoquent une réaction immédiate. Une sculpture, en particulier, Not Enough Brains to Survive, demeure l’une de ses œuvres les plus reconnaissables.

L’idée originale de l’œuvre est tirée de l’incapacité de Lerooy à se concentrer sur un concept pour sa prochaine exposition. En fin de compte, cette difficulté est devenu le concept. “Cette recherche sans fin est devenue, à un certain point, l’idée principale. Je cherchais un pas au-dessus de mes capacités – allant plus loin que mon esprit ne pourrait atteindre”, raconte Lerooy à My Modern Met. “J’ai commencé à réfléchir à la façon dont je pouvais transformer cette idée en sculpture. Ma tête était littéralement très grosse et lourde, comme si je n’étais fait que d’un esprit et pas d'un corps… une lutte entre l’intérieur et l’extérieur.”

S’inspirant de son amour pour la sculpture grecque et romaine classique, Lerooy crée des corps forts et puissants, alourdis par de grandes têtes. Pour lui, les pièces représentent un moment de calme juste avant la chute. Pour Not Enough Brains to Survive, un petit corps se penche sur le côté, entraîné par le poids d’une énorme tête qui repose sur le sol, incapable de trouver la force de la soutenir.

Comme le reconnaît Lerooy lui-même, au fil des ans, ces œuvres ont pris un nouveau sens pour le public. Les gens appliquent leurs propres perspectives et significations à l’art, leur permettant d’évoluer constamment et de rester dynamiques. “Ce que je remarque aujourd’hui, c’est que mes sculptures apparaissent partout sur les réseaux sociaux dans toutes sortes de scénarios et de significations,” partage Lerooy. “Elles sont partagées par les étudiants, après de lourds mois de confinement, #BlackLivesMatter, les gens qui ont la gueule de bois… Une fois qu’une œuvre d’art est présentée au public, elle démarre sa propre vie et c’est ce qui est intéressant, que les gens lui donnent son propre sens.”

Les sculptures de l’artiste belge Thomas Lerooy aux têtes surdimensionnées s’inspirent de son incapacité à être décisif.

Sculpture Over and Over par Thomas Lerooy

“Over and Over”

Sculpture Not Enough Brains to Survive par Thomas Lerooy

“Not Enough Brains to Survive”

Sculpture Bronze par Thomas Lerooy

“Why Worry”

Sculpture en bronze par Thomas Lerooy

“Over and Over”

Sculptures par Thomas Lerooy

Plus d'une décennie plus tard, les sculptures continuent de prendre de nouvelles significations pour le public.

Sculpture contemporaine au Petit PalaisSculpture en bronze par Thomas Lerooy Sculpture en bronze par Thomas LerooyThomas Lerooy : Site Web | Instagram

My Modern Met a obtenu l'autorisation d'utiliser les photos de Rodolphe Janssen.

Articles Similaires :

D’Énormes Sculptures Enracinées Dans la Nature Envahissent l’Arboretum de Morton

Ces Sculptures Grandeur Nature Sont Inspirées de la Beauté et l’Élégance de l’Art de la Renaissance

Cette Sculpture Exquise du XIXe Siècle Semble Enveloppée d’un Voile de Marbre « Translucide »

Alexia Allard

Alexia Allard est rédactrice collaboratrice pour My Modern Met et traductrice à Londres. On peut souvent la trouver en train de restaurer des meubles anciens, flâner dans les brocantes, ou visiter les monuments historiques anglais.
Devenez membre de
My Modern Met
En tant que membre, vous vous joindrez à notre effort pour soutenir les arts.
Devenir Membre
Découvrez les avantages de l'abonnement

Contenu sponsorisé